Mahaleo, le groupe intemporel de Madagascar

Je me suis toujours dit que si les textes des chansons du groupe Mahaleo demeuraient d’actualité, c’est que Madagascar, mon cher Madagascar, est toujours dans l’impasse. Le film éponyme réalisé en 2005 par César Paes et Raymond Rajaonarivelo démontre parfaitement la relation intime qu’il existe entre le quotidien des joyeux troubadours, la réalité socio-économique de Madagascar et les paroles des célèbres « vazo miteny » que l’on peut aisément traduire par « chansons qui parlent ».

Mahaleo, la bande d’Antsirabe

1972. Alors qu’une crise socio-politique plongeait Madagascar dans une situation chaotique suite au soulèvement estudiantin de Madagascar, sept joyeux gaillards d’Antsirabe décident d’animer les manifestations au gré de leurs guitares. Les paroles engagées auraient pu suffire à haranguer la foule, mais l’âme d’artiste qui anime le groupe est inéluctable. 

Dadah, Dama, Charles, Bekoto, Fafah, Nono et Raoul sont les sept membres fondateurs du groupe, et jusqu’à ce jour, le groupe reste sur la même base, même si des carrières solos ont été menées par quelques-uns des membres. Voici une présentation succincte des Mahaleo que vous compléterez en visionnant le DVD (original s’il vous plait) réalisé par Paès et Rajaonarivelo
  • Dama : Rasolofondraosolo Zafimahaleo est un sociologue qui a également été député de Madagascar pour la circonscription d’Ambatofinandrahana. Auteur, compositeur et interprète du groupe, on lui connaît les titres comme Ifarakely, Ambohibobaka ou encore Mimosa (en duo avec Bodo).
  • Bekoto : on le qualifierait volontiers d’être l’enfant terrible du groupe, mais il n’en est rien. Rabekoto Honoré est, à l’instar de Dama, un sociologue qui se consacre aujourd’hui à la lutte pour le respect des droits des paysans. Auteur, compositeur et interprète, il a chanté le titre Paiso ran-kena, un titre à la sonorité très particulière qui mérite toute notre attention.
  • Dadah : Rakotobe Andrianabelina est plus connu sous par son surnom Dadah Rabel. Cet artiste légèrement prognathe fait tomber ces dames et chante particulièrement bien. Ce neurochirurgien travaille aujourd’hui à Madagascar après avoir passé du temps en France. Rafahafahana, chanson emblématique des différentes luttes populaires, est l’une de ses chansons phares.
  • Charle : Charle-bert Andrianaivo est le percussionniste du groupe. Cet homme discret est un sociologue qui a notamment créé l’association CICAFE (Centre d'Information, de Communication, d'Animation, de Formation et d'Education) qui vient en aide à la population pauvre d’Antananarivo.
  • Raoul : natif de Marolambo, dans la province de Toamasina, Razafindranoa Raosolosolofo est un médecin qui s’oriente vers le social. Sa chanson Raha noana ny kibo témoigne de la difficulté des Malgaches à subvenir à leur besoin primaire, la nutrition.
  • Nono : derrière l’air à la fois jovial et sérieux de Rakotobe Andrianabela se cache un chirurgien de talent qui exerce aujourd’hui au HJRA. C’est le bassiste du groupe.
  • Fafah : également membre du groupe Feo Gasy, Rajaonarison famantanantsoa est la voix emblématique du groupe Mahaleo. Reconnaissable entre mille, sa voix envoûte le public dès les premières paroles. Il travaille dans le social au niveau des quartiers difficiles d’Antananarivo.
Le film

Le film Mahaleo produit par Paès et Rajaonarivelo séduit à plus d’un titre puisqu’il est à la fois intimiste et d’une immensité incommensurable si ce n’est la limite des frontières de l’âme malgache. Le film est intimiste puisqu’il suit chaque membre du groupe dans leur quotidien, leurs œuvres, leur travail en faveur de la population ou tout simplement parce qu’il dévoile le caractère de chacun des joyeux troubadours. Le film est immense par sa dimension sociale, sa description des réalités sans détour ni fioriture.

De cette vision double de l’individu et de la société, on arrive facilement à appréhender le caractère sacré de la liberté de penser, les différents freins au développement ainsi que les éventuelles solutions qui n’émaneraient pas d’individus totalement déconnectés de la réalité malgache. La musique de Mahaleo apaise l’ambiance du film tout au long des scènes, tout en apportant une dimension dramatique particulière, propre à l’esprit de combativité qui anime chacun des membres du groupe.

Ceux qui désirent découvrir ce qu’est Madagascar sont invités à visionner le film Mahaleo en lieu et place des documentaires exclusivement produits par les étrangers. On y apprécie la gentillesse tout comme la révolte, sans jamais tomber dans le cliché du pays pauvre tel qu’on a trop souvent l’habitude de le faire.