A quand le dégroupage ADSL ?

On sait tous que l'installation des lignes téléphoniques malgaches, vecteurs cuivrés de la connexion ADSL, ont été mis en place bien avant la privatisation de l'opérateur téléphonique fixe unique qui opère à Madagascar. Ayant depuis pas mal de temps réussi à assimiler l'un des principaux fournisseurs d'accès malgache, le groupe qui détient la téléphonie fixe détient actuellement, si l'on puis dire, le monopole du secteur ADSL. Le problème se pose alors concernant la concurrence du secteur.

Pour ne parler que de la France, c'est parce que France Télécom a dégroupé les lignes de téléphonie fixe que les grands FAI actuels ont pu appliquer une baisse de tarif drastique pour aboutir aujourd'hui à une connexion de 20 Mbps pour 30 à 35 euros. A Madagascar, on est encore bien loin du dégroupage puisqu'aucun projet allant dans ce sens n'est encore programmé. Or, c'est le dégroupage qui permettra véritablement au secteur Internet de se vulgariser, en ville du moins. 

L'ADSL à Madagascar a besoin de concurrence pour véritablement s'épanouir et fournir les services disponibles ailleurs (haut débit dépassant 8 Mbps, télévision ADSL, téléphonie moins cher ...). Ce n'est pas la bande passante offerte par la connexion internationale par fibre optique qui manque. Un ami m'a un jour rappelé qu'avec le débit EASSY actuel, qui dépasse aujourd'hui 2,5 Gbps, avec en projet de l'étendre à cinq fois sa capacité, le haut débit devrait être moins chaotique.

On sait aujourd'hui que le taux de pénétration potentiel d'Internet (chiffre très largement surestimé par moi-même afin d'illustrer) ne dépasse pas 20%, le boulevard est donc large pour une connexion de qualité à très haut débit. Le dégroupage de la ligne ADSL fera obligatoirement jouer la concurrence entre les opérateurs, ce qui bénéficiera non seulement aux consommateurs, mais également à l'économie, puisque l'investissement numérique sera plus abordable et Madagascar se positionnera mieux sur le marché de l'outsourcing. En attendant la duplication du backbone national ...



Nokia 5230 : une petite merveille bon marché !

Il est vrai que tout le monde annonce la fin prochaine du système Symbian. Il n'en demeure pas moins que j'ai trouvé en mon téléphone actuel, un Nokia 5230, une petite merveille tout à fait abordable. Il s'agit ni plus ni moins d'un smartphone, bien loin des foudres Galaxy S2 et autres HTC HD7, mais il offre des atouts non négligeables entre les mains d'un geek en attente d'un éventuel Android phone. 

Au premier coup d’œil, le petit bougre de Nokia 5230 est compact, bien qu'un peu épais, et rappelle à plus d'un titre le très connu 5800 dont il est inspiré. L'écran de 3,2 pouces est confortable et le touche de verrouillage facilement accessible sur le flanc droit préservera tout tripatouilleur d'un appel intempestif qui risque de faire perdre de précieux crédits d'appel. Le processeur au cœur du Nokia 5230 n'est pas une foudre, mais réussit à faire tourner sans peine l'OS embarqué, ie. la version S60v5 de Symbian.

L'écran du Nokia 5230 est entièrement tactile et l'appareil ne possède pas de clavier physique. Bien que résistif, l'écran réagit bien au doigt et se laisse piloter sans peine. Les gros doigts éprouveront néanmoins des difficultés pour naviguer dans les menus, mais le constructeur finlandais a pris soin pour pallier à ce problème d'attacher au cordon livré en kit un médiator qui fera l'office de stylet. Naviguant essentiellement au doigt, je ne me suis jamais servi du médiator en question.

Avec une résolution de 360x640 affichant 16 millions de couleurs, les images du Nokia 5230 sont belles, mais elles ont le sacré problème de ne pas résister au moindre ensoleillement. Dès lors que l'astre du jour frappe votre écran, il devient impossible de lire ne serait-ce qu'un message. De l'ombre est donc le bienvenu pour l'utilisation du smartphone d'entrée de gamme. Je vous épargne le détail sur le design des menus, car bien que très ergonomique, cela reste visuellement sommaire. Les amateurs de personnalisation n'hésiteront pas à télécharger de nouveaux thèmes sur Ovi Store.

En parlant d'Ovi Store, la plateforme équivalente aux App Store et autre Android Market, il vous faudra vous connecter pour y accéder... et le 5230 n'a pas de connexion wifi. Heureusement qu'il y a une connexion 3G efficace, mais il vous faudra souscrire à un forfait pour ne pas épuiser votre crédit. Personnellement, j'ai opté pour un forfait prépayé Telma à 15.000 Ar qui me donne droit à 200 Mo par mois. Connecté en permanence sur Nimbuzz et surfant très régulièrement dessus, j'ai réussi à épuiser près de 150 Mo au bout de 27 jours. 

Côté multimédia, le Nokia 5230 s'en sort pas mal. Le modèle est d'ailleurs estampillé XpressMusic et accueille volontiers les écouteurs standard dans sa fiche jack 3.5 mm. En achetant une carte micro-USB de 8 Go et un câble micro-USB de type B, vous pourrez aisément transférer votre musique, mais pour les vidéos, il vous faudra d'abord convertir au format MP4, le seul lisible par l'appareil. Pour les fonctions GPS et photo, je reviendrai bientôt vers vous, puisque je n'ai pas encore réussi à prendre en main ces fonctionnalités.