Les problèmes de DTS/Moov renaissent de leurs cendres !

Tel un phœnix peu désirable, les problèmes de connexion de notre opérateur ADSL Moov sait renaître de ses cendres. Depuis le mois de mai dernier, j'ai constaté une nette amélioration de la qualité de service avec une vitesse moyenne de connexion de 95 ko/s (ce n'est pas encore du 1 Méga effectif, mais on ne chipotera pas). Nonobstant quelques coupures excédant rarement quelques minutes, je n'ai plus eu de réels problèmes, et la catastrophe du mois de mars et d'avril semblait désormais loin.

Au cours de ce mois de juillet pourtant, les usagers ont constaté des coupures plus ou moins longues, et toujours handicapantes. Comme l'atteste le désormais très célèbre groupe Facebook "LES INSATISFAITS DE MOOV-ORANGE-BLUELINE ET CIE (PROVIDERS INTERNET)", ces derniers jours ont enregistré de très fâcheuses coupures qui ne sont pas sans rappeler les prémisses du crash du mois de mars. On est en droit de demander si Moov renoue avec ses vieilles habitudes.

Il y a bien quelques courriers de la part du service client qui annoncent des sessions de maintenance, mais il n'empêche que ces nombreuses coupures, pour ceux qui comme nous vivent d'Internet, occasionnent des pertes pécuniaires non négligeables. Je pense à ces personnes qui doivent effectuer un point Skype avec leur client, je pense à ces rédacteurs qui doivent chercher des sources, je pense à ces développeurs qui doivent programmer des bêta tests. Toutes ces personnes dépendent à 100% d'Internet pour trouver leur pain quotidien et il incombe à Moov d'assurer le rôle du crin de cheval qui maintient l'épée de Damoclès suspendu au dessus de la tête des professionnels et des particuliers qui ont recours au service ADSL, absence de concurrence oblige.

De tous les opérateurs actuellement sur le marché, aucun n'a encore réussi un véritable "Internet Revolution". On nous fournit une connexion d'à peine 1024 kbps pour un tarif plus élevé qu'une connexion à 20 Mbps ailleurs. Certains diront que la comparaison ne tient pas, mais appeler une connexion à 1 Mbps du "très haut débit" est à certains égards trompeur vu que de nombreuses possibilités offertes par Internet ne sont pas encore possibles (vidéoconférence HD, transfert FTP et clouding confortables ...).

A titre de comparaison, sur l'île Maurice, une île plus isolée que Madagascar de par la distance d'éloignement par rapport au continent, une offre ADSL illimité 2 Mbps agrémentée d'une offre TV numérique de bonne qualité coûte 1700 roupies, soit près de 120.000 Ar. L'offre à 1 Mbps revient à 1000 roupies, soit 70.000 Ar. Dans cette offre de la compagnie Mauritius Telecom, il est précisé que la bande passante octroyée concerne la connexion internationale, la réception de données locales étant plus rapide.

A défaut de concurrence sur le secteur ADSL, on demande à Moov de fournir un service quasi-impeccable, puisqu'on est dans l'impossibilité de prétendre à un autre opérateur qui utilise les lignes cuivrées (moins sensibles aux perturbations météo). Mais le mieux, ce sera toujours, comme je l'ai écrit dans un ancien post, le dégroupage (total ou partiel selon le vœu des autres opérateurs) des lignes téléphoniques. L'exploitation de ces lignes téléphoniques, investissements de l'Etat Malagasy, ne devrait pas échoir à un seul opérateur (le gel de licence a pris fin en 2008).