A la télé : The Blacklist mi-figue mi-raisin

Attiré par une bande-annonce plutôt chatoyante, je me suis promis de regarder les premières épisodes de la série Blacklist, actuellement diffusée sur TF1 chaque mercredi (21h45 heure malgache sur Canalsat) et je vous livre ici mes premières impressions. 

Je dois vous avouer que l'attaque de la série est particulièrement prenante, avec une mise en scène au millimètre et un James Spader en grande forme afin de vous mettre en situation et éclairer un synopsis quelque peu vague. La suite est moins reluisante puisque la série perd rapidement en intensité, même si une héroïne (Megan Boone) en retard pour son premier jour de travail au FBI comme profiler essaie de maintenir l'explosivité des premières minutes.

Au cours de l'intrigue, j'ai eu cette impression très marquée de voir Hannibal Lecter en train de parler à Clarice Starling dans Le Silence des Agneaux (Johnatan Demme, 1991), tant les similarités sont nombreuses. Une novice de la surpuissante FBI, un criminel charismatique et une relation complexe sont au rendez-vous et nous annonce une trame scénaristique complexe.

Concernant le scénario, la base est solide et mérite de l'intérêt, face notamment aux superflics des NCIS, Les Experts et autre Bones qui nous gratifient d'intrigues désormais inintéressants. Il est par contre très facile de décrocher à cause de la complexité du rôle principal, très bien interprété, mais desservi par des rôles secondaires parfois peu reluisants et un peu trop clichés dans leur jeu. 

Au bout des trois épisodes de la soirée, je suis sur un sentiment mitigé, entre envie de connaitre la suite et peut de décrocher. Encore trop imparfaite, The Blacklist va devoir gagner en rythme et en cohérence pour gagner de l'intérêt. Dans tous les cas, c'est une autre approche de la série policière, plutôt intéressante. Attendre et voir...