L'ARGENT SALE DE MADAGASCAR

Je ne suis pas au fait de ce qui se trame au niveau du monde de la finance en ce qui concerne l'argent sale. Ce n'est pas de cela qu'il s'agit mais l'argent sale dans son expression la plus littérale. Ces billets de banques qui circulent sur le marché et qui sont dans un piteux état.

Pour vous faire un petit tableau, nos coupures sont chiffonnées, scotchées de partout, dont les motifs et les textes sont quasiment illisibles. La faute à qui direz-vous ?

Il faut savoir que le taux de bancarisation à Madagascar est extrêmement faible, de l'ordre de 3% pour toute la population, et qu'il n'y a que sept guichets de banques pour un million d'habitants (chiffres de la Banque Centrale de Madagascar). Les billets de banque circulent donc de main en main sans passer par la BCM pour une longue période et a largement le temps de se détériorer.

Par ailleurs, l'usage de ces billets est telle que le processus de détérioration est grandement accéléré. Peu de gens sont au fait de l'utilisation d'un portefeuille, et se contentent de ranger leur pécule dans la poche, ou encore enroulée dans leurs artefacts vestimentaires. Pire, beaucoup, par raison de sécurité, les gardent à même la peau (dans les soutien-gorges pour ces dames, au niveau de la taille pour les messieurs...). Les billets sont donc soumis aux agressions de la sueur. Que dire de ces commerçants qui les mettent dans leur poches ou leur caisses pèle-mêle, sans prendre le soin de les ranger.

Le poissonnier ou le charbonnier ne sont pas seuls responsables de la détérioration des billets. La majorité des Malgaches ne respectent pas l'argent et les traitent de la pire manière. Vous qui êtes Malgaches, prenez conscience de cette réalité et évoluez. Car je dis que le respect de ces billets de banque est une marque d'évolution de la personnalité.

Pour conclure, je dirai tout simplement que pour vraiment s'enrichir, il faut commencer pas respecter l'argent.