La Francophonie à Madagascar : la langue française comme facteur d'exclusion

À l'occasion du XVIe Sommet de la Francophonie qui se déroule aujourd'hui (25 novembre 2016 NDLR), il serait inopportun de publier cet article qui met l'accent sur un réel problème de langue et de culture autour de la Francophonie, et pourtant c'est bien l'occasion de pointer du doigt un sujet qui met en avant un profond malaise éprouvé par la société malgache. 

Le postulat est clair : la langue française se pose comme un facteur d'exclusion de la frange vulnérable en accentuant la fracture entre gens "éduqués" et les "pauvres" citoyens qui n'ont pas la maîtrise de la langue de Molière. 

Dans l'esprit de beaucoup de Malgaches, une dichotomie se perpétue encore aujourd'hui. Si vous avez une bonne maîtrise de la langue française, cela signifie que vous avez un bon niveau d'éducation. A contrario, le manque partiel ou total de maîtrise de cet outil de communication est synonyme d'ignorance. Cette aberration culturelle bien triste continue aujourd'hui de se manifester. C'est notamment le cas lors des réunions économiques et politiques majeures où le français joue un rôle stratégique en facilitant l'exclusion de certains acteurs. Pire, les appels d'offres publics sont lancés en français dans un pays où plus de la 70 % de la population n'a aucune chance, même infime, d'en saisir le sens et encore moins d'y répondre. 

Le français en tant que langue d'enseignement est une aliénation culturelle qui justifie en grande partie le taux élevé d'échec scolaire, et paradoxalement, la politique de malgachisation réalisée dans les années 80 a conduit à l'effondrement du système éducatif. Un manque de réflexion de la part des acteurs étatiques devait inexorablement aboutir à ce résultat catastrophique. La langue française en soit est un puissant instrument de développement, si et seulement si elle facilite la communication entre les différents acteurs, apprenants et formateurs. Ce n'est pourtant pas le cas. Il faut savoir qu'une bonne proportion des enseignants malgaches n'ont pas une bonne maîtrise de leur langue d'enseignement, biaisant dès le début la qualité des informations transmises. Combiné au manque de compréhension des élèves et des étudiants et la boucle est bouclée. Le désir d'excellence s'évanouit en un éclair. Les grands instituts comme l'ISCAM ou l'INSCAE, et même les universités publiques, excluent d'emblée celles et ceux qui n'ont pas le niveau suffisant en langue française. Ainsi s'explique la relation entre la qualité d'éducation et la maîtrise de la langue française. Le réel problème est que les écoles et collèges publics ne permettent nullement d'acquérir le bon niveau de français.

Dans les autres pays, la langue nationale est élevée au rang de langue d'enseignement, permettant à celle-ci de s'enrichir et de s'instruire pour, au final, transmettre sans anicroche les connaissances scientifiques du monde entier. À Madagascar, la pauvreté de la langue malgache devient un frein pour son épanouissement. Elle n'ose pas s'enrichir des multiples influences qui s'exercent sur elle. Elle est réfractaire à de nouveaux vocables qui lui permettraient de devenir une langue plus savante. Peut-être est-ce là seulement un miroir de ce peuple encore trop frileux de changer. Au final, la langue française s'impose comme le principal outil de formation et d'éducation au détriment d'une transmission efficiente. 

La coexistence future des langues malgaches est française reste pour le pays le meilleur moyen de valoriser les connaissances, avec une priorité mise sur la force de la langue maternelle afin de la consolider en tant que ciment culturel de premier ordre. Le français à ses côtés préparera la génération future à faire face à la mondialisation et à s'épanouir. 

Je me souviens bien, lorsque j'étais le représentant de Madagascar à la première édition du Parlement Francophone des Jeunes qui s'est déroulé à Québec en 2001, l'optimisme était de mise avec nos articles et amendements qui plaidaient pour une coexistence harmonieuse du français avec les langues et les dialectes natifs. Force est de constater que les efforts ont été vains. La résolution que nous avons pris devant les parlementaires francophones et qu'on a pris soin de déposer à l'Assemblée Nationale de Tsimbazaza a complètement disparu, et les dirigeants ne sont bons qu'à se tirer la couverture et privilégier leurs intérêts personnels au détriment d'un développement véritablement inclusif. Au final, la réflexion sur le rôle inclusif des langues malgache et française est reléguée au second plan. 

Le français demeurera encore pour quelque temps un facteur d'exclusion au lieu d'être un moteur d'intégration comme le souhaite l'Organisation Internationale de la Francophonie. 


Fitarainana manokana amin’ny haratsin’ny kalitaon’ny Blueline

Raha efa fantatra hatrizay fa tsy eto Madagasikara no ahitana ny tambajotra aterineto (Internet) tsara indrindra dia tsikaritra tato ho ato fa dia miharatsy ny kalitaon’ny fifandraisana, hany ka tsy ahavitana na ny manokatra ireo sites mahazatra indrindra ary (Facebook, Wikipedia, Gmail…). Ambara etoana anefa fa dia efaina isam-bolana ny sarany izay lafo dia lafo, mihoatra oharina amin’ny any Eoropa. Izaho miresaka aminao io dia mpanjifa ny tambajotra Blueline amin’ny alalan’ny 4G.

Rehefa antsoiko ny teknisianina dia asainy afindra foana ilay routeur fa hoe ny toerany hono mametraka olana. Raha izany tokoa, nahoana rehefa mandeha ilay izy dia tena misosa tokoa ary ahavitana mamaky rakitsary YouTube tsy ankihato. Avy eo rehefa ambara fa eto Andravoahangy amin’ny rihana faharoa tsy misy sakantsakana no misy ny trano dia milaza indray ry zareo fa mila fafaina ny cookies sy ny cache. Ataoko hoe raha ny solosaina ampiasaiko izay sady Core i5 no kapila mafy (disque dur) SSD no miasa, tsy any mihitsy no olana. Avy eo indray dia ambaran-dry zareo fa misy interference hono, na fifangaroan’ny onjam-pifandraizana, nefa tsy misy relais na Wifi na zavatra hafa mety hanelingelina eto amin’ny manodidina.

Rehefa zohiana avokoa ny antony rehetra dia tsy hita izay mety hampikatso ny aterineto jifain’ny Blueline. Ny mifanohitra amin’izay nefa no mitranga fa dia tapatapaka lava tsy ahavitana mi-surfe ny fifandraisana (connexion). Ary ny tena mahagaga dia isaky ny avy miantso teknisianina dia mihatsara avy hatrany ny kalitao. Ataoko izany fa tsy ireo antony nolazaina fa mahatonga fahatapahana no tena izy. Raha olona tsy mahay ny bi sy ny ba amin’ny resaka teknika aloha dia arirariran-dry zareo teknisianina ao amin’ny Blueline. Izaho efa manam-pahalalàna mikasika io ary mbola ataony fanina tanteraka.

Raha ny toeran’ny modem no olana, dia ahoana izany ireo olona mipetraka eny amin’ny manodidina an’Antananarivo. Izaho eto afovoany eto ary tsy mahazo réseau akory nefa misy relais manodidina ahy (Antanimena, Betongolo izao no fantatro). Na ny tambajotra no ratsy, na ny fitaovana omen-dry zareo no tsy mamely velively. Fa na inona antony dia somary miharo fitaka ny dokambarotr’I Blueline satria ambarany fa “illimité”, tsy misy fetra ny fifandraisana aterineto atolotr'izy ireo eto Antananarivo. Raha izay fahatapahana izay dia voafetra tanteraka ny fahafahana mampiasa ny aterineto. Ny mahagaga dia rehefa tena sokirina ny antony any amin-dry zareo teknisianina dia manambara ihany izy ireo amin’ny farany fa misy “olana kely” any amin-dry zareo.

Kivy tanteraka ny tenako mampiasa io Blueline io (izay amin’ny anaran’ny sakaizako) ary dia manambara izany ampahibemaso. Avoitra eto anefa fa tsy fanakiviana ny mety ho mpividy izany fa fitarainana fotsiny. Tsy azoko atao eto Madagasikara ny manakivy ny mpanjifa satria mampigadra hono izany raha ny fandrahonana nataon'ny sasany, hany ka ny mimenomenona sisa no azo atao. Vidio ka zahao hoy ny fitenenana. Anao no anjaram-pandinihina avy eo.


Ho anareo mpiasan’ny Blueline mety hamaky ity lahatsoratra ity, asa na ianareo no tsy mahay miasa na ny tambajotra no efa tena tsentsina fa mba tsinjovy re ireo mpanjifa miantoka ny karamanareo. Tazomy mba ho tsara ny kalitao fa raha maro izahay no miala dia ianareo no ho very asa. Ny fahafaham-barakanareo moa izany tsy tenenina intsony satria toa tsy rahirahianareo. Aleo atao vaky bantsilana eto ny tsy fahombiazanareo. Ary raha manana eritreritra ny hitory ahy ianareo dia tena mba mieritrereta. Mpanjifa mitaraina ny tenako fa tsy mpangalatra na mpamono olona.